Comment lire...?

Comment lire un cours et se l'approprier?




Comment lire un extrait étudié et en rédiger une fiche/note de lecture?

à relier au carnet de bord, autre moyen de s'approprier œuvres lues et extraits parcourus.


Comment lire une œuvre intégrale?

Que consigner dans un carnet de lecture?

https://www.lydiablanc.fr/post/carnet-de-lecture

Comment lire son commentaire et son corrigé




Comment bien lire un sujet de dissertation et démarrer la réflexion?

cf. https://www.lydiablanc.fr/post/la-dissertation-sur-oeuvre-réforme-2019

et en particulier:


Problématiser = reformuler, questionner, critiquer


= gamberger à ce que ça dit, ne dit pas, fait dire

ou, dit autrement, à ce que ça suppose, ce que ça entraîne.


J'ai entendu une fois une collègue de philo du lycée employer cette juste définition de la problémaisation, terme qui semble toujours barbares pour nombre de nos élèves, alors qu'elle est la clef d'une bonne dissertation :


"poser des questions à la question".

Se précipiter sur internet ou autre n'a aucun intérêt pendant le travail de dissertation sur œuvre. Rien ne remplace le travail de cogitation (dit autrement, de "gamberge") à partir du sujet, incompressible et qui, me concernant, me prend 50% du temps que je peux consacrer à un travail de dissertation (rédiger me prend ainsi bien moins de temps de comprendre le sujet et concevoir le cheminement intellectuel que je prendrai).


C'est seul(e) face au sujet et dès le début, qu'il faut adopter une disposition mentale, en prenant le temps pour cela : se rendre tout à la fois

  1. accueillant (prendre le sujet pour ce qu'il dit, ne pas balayer sa légitimité ni ses significations),

  2. prudent (vérifier d'où l'on part, de quelle acception ou connotation du mot du sujet, de la notion on part)

  3. et méfiant (que voudrait-on nous faire dire? Le sujet est-il acceptable en l'état?) vis-à-vis du sujet posé.

C'est de la profondeur, du détail, de la plasticité et de l'inventivité de vos questionnements que dépendent la qualité de la réflexion qui va servir d'ossature à toute la dissertation.


On doit, pour chaque sujet de dissertation, commencer par lire la question posée, la relire, la reformuler au besoin et la décomposer, comme suit.

  • Pourquoi le sujet en est-il venu à se poser? Que suppose le sujet posé ainsi?

  • Que signifient en général, la plupart du temps, les mots du sujet? Que fait-on dire en général, la plupart du temps à l'œuvre étudiée ?

  • Les mots du sujet collent-ils bien à l'œuvre? Conviennent-ils? Sonnent-ils mal entre eux et lorsqu'on les met en relation avec le sujet ? Auriez-vous dit les choses en ces termes? Les mots sont-ils excessifs? Justement trouvés? En deçà de la vérité?

  • Quel est l'aboutissement naturel, i.e. sous-entendu du sujet si on le prend au pied de la lettre? Qu'est-on porté à croire?


Un PRÉALABLE fondamental: définir & faire parler les termes du sujet


  • Repérer le mot-clé, le nœud du sujet; si le sujet comprend deux mots-clés, engageant deux notions, deux idées, les examiner chacun pour lui-même puis étudier leur interaction (surenchère de l'un par l'autre? Concurrence? Opposition? Compatibilité?)

  • Rechercher le sens des mots: installer une app-dictionnaire (Larousse, Le Robert) (payante) sur son smartphone ou sa tablette, ou un cd-rom du dictionnaire. Ou bien, chercher sur Le Littré numérisé et mis en ligne. Chercher l'étymologie, le sens premier/second, propre/figuré du mot, bref, étudier l'origine du mot, son historique, son évolution (glissement de sens éventuel dans l'usage etc.), et réfléchir à partir de ses éventuelles connotations (péjoratif vs laudatif).

Pour aller plus loin, cette plateforme lexicale et morphologique, précise et maniable, générée par le CNRS:

http://www.cnrtl.fr/definition/
  • Recenser les expressions toutes faites, locutions figées, tournures dans lesquelles le mot-clé repéré apparaît: quel sens donne-t-on alors au mot? Quel(s) sous-entendu(s)? Quelle(s) connotation(s)?

NOTA BENE: cette réflexion sur les mots du sujet ne donnera pas, tel quel, un paragraphe en introduction. Elle permet de déclencher et diriger le questionnement. Ses résultats se retrouveront tout au long de votre raisonnement au fil de la dissertation.


ASTUCE : Pour lancer le questionnement, récapituler comment on a compris l'œuvre étudiée, et se demander quelle question de dissertation on aurait, si l'on avait été concepteur de sujet de bac, donnée à ses élèves. Cette petite opération mentale permet de réactiver en soi l'interprétation que l'on a réalisée de l'œuvre et ce que l'on y a identifié de fondamental.


Comment lire utilement un corrigé de dissertation?