top of page

JL Lagarce

Séquence théâtre, première, EAF

parcours "Crise personnelle, crise familiale".



Plan de séquence (2020-21)




Groupement complémentaire introductif: problématiser le parcours



Lecture cursive proposée: le Tartuffe




Le Tartuffe, théâtre à la table, Comédie Française

https://www.youtube.com/watch?v=ISzpB9gk2gg


Étude transversale


sous l'angle "crise familiale, crise personnelle"



Synthèse de l'étude transversale




La pièce étudiée: Juste la fin du monde


Présentation : l'auteur & de son œuvre. Modernité théâtrale?



Lecture à la table (Comédie Française, 2020)




Étude du titre (et des titres successifs) de la pièce


Les 3 extraits étudiés


2020-21


2021-2022




Études linéaires


La tirade de Catherine



Addendum

Entrée dans la tirade de Catherine par la grammaire





Le premier monologue de Louis (première partie, sc. 5)




Le second monologue de Louis (première partie, sc. 10) (année 2020-21)




Extrait 3. Antoine explose (Seconde partie, sc.2)




Mises en scène proposées par extraits

  • Fr. BERREUR (2007)

Un extrait du discours de Catherine ("les rois de France")


  • M. RASKINE (Comédie Française, saison 2008-2009)

  • X. DOLAN adap. ciné (2016)

un extrait de repas familial houleux ...



Etudes transversales


La famille



La voiture





Le retour du fils


chez SOPHOCLE

https://eduscol.education.fr/odysseum/le-retour-la-maison-et-la-force-du-lien-fraternel


Parler sans dire, la parole elliptique chez JL LAGARCE, par E. DUCHATEL, prof. en CPGE (Lycée Fénelon, Paris)

https://eduscol.education.fr/odysseum/une-dramaturgie-de-lellipse


L'attente du "revenant", chez JL LAGARCE

dans J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne, mes JOUANNEAU


Interview d'une actrice de la pièce par Chloé DABERT (2018), Suliane BRAHIM (de la Comédie Française) à propos de JL LAGARCE :




JL LAGARCE vu par le metteur en scène M. RASKINE



JL LAGARCE héritier de BM KOLTES?

Le conflit frère /soeur dans Le retour au désert (1988), acte I, tableau 2.


ADRIEN. - Tu as voulu fuir la guerre et, tout naturellement, tu es venue vers la maison où sont tes racines ; tu as bien fait. La guerre sera bientôt finie et bientôt tu pourras retourner en Algérie, au bon soleil de l'Algérie. Et ce temps d'incertitude dans laquelle nous sommes tous, tu l'auras traversé ici, dans la sécurité de cette maison.
MATHILDE. - Mes racines? Quelles racines? Je ne suis pas une salade ; j'ai des pieds et ils ne sont pas faits pour s'enfoncer dans le sol. Quant à cette guerre-là, mon cher Adrien, je m'en fiche. Je ne fuis aucune guerre ; je viens au contraire la porter ici, dans cette bonne ville, où j'ai quelques vieux comptes à régler. Et, si j'ai mis si longtemps à venir régler ici ces quelques comptes, c'est que trop de malheurs m'avaient rendue douce ; tandis qu'après quinze années sans malheur les souvenirs me sont revenus, et la rancune, et le visage de mes ennemis.
ADRIEN. - Des ennemis, ma sœur ? Toi ? Dans cette bonne ville ? L'éloignement a dû fortifier encore ton imagination, qui pourtant n'était pas faible; et la solitude et le soleil brûlant de l'Algérie te brouiller la cervelle. Mais si, comme je le crois, tu es venue ici contempler ta part d'héritage pour repartir ensuite, eh bien, contemple, vois comme je m'en occupe bien, admire comme je l'ai embellie, cette maison, et, lorsque tu l'auras bien regardée, touchée, évaluée, nous préparerons ton départ.
MATHILDE. - Mais je ne suis pas venue pour repartir, Adrien, mon petit frère. J'ai là mes bagages et mes enfants. Je suis revenue dans cette maison, tout naturellement, parce que je la possède; et, embellie ou enlaidie, je la possède toujours. Je veux, avant toute chose, m'installer dans ce que je possède.
ADRIEN. - Tu possèdes, ma chère Mathilde, tu possèdes : c'est très bien. Je t'ai payé un loyer, et j'ai considérablement donné du prix à cette masure. Mais tu possèdes, d'accord. Ne commence pas à me mettre en colère, ne commence pas à chicaner. Mets, je te prie, un peu de bonne volonté. Recommençons notre bonjour, car tout cela est mal parti.
MATHILDE. - Recommençons, mon vieil Adrien, recommençons. [...]


L'auteur



https://www.solitairesintempestifs.com/auteurs/lagarce-jean-luc